Série TV de 60 épisodes de 5 mn (1976)

Synopsis
Gédéon naît dans une ferme où tout le monde le rejette à cause de son long cou. Il décide de se sauver et passe une première nuit à la campagne. Il s'aperçoit que dans la campagne comme à la ferme, les gens se moquent de lui. Là, il se rebiffe et passe à l'attaque : il punit ainsi un lapin, une pie, un chien méchant et aide des petites souris grâce à son long cou qu'il accepte désormais…Il habite encore dans une belle niche toute rouge et a de nombreux nouveaux amis : Sosthène le lapin, Grognard le chien de cirque, Mimolette la souris et beaucoup d'autres qu'il aide et protège contre le méchant braconnier Gibassier et les vilains animaux de la campagne.
(d'après Benjamin Rabier, Editions Garnier Frères.)
Notes
Gédéon est mon premier film officiel. Auparavant, j’avais fait quelques essais personnels, puis j’avais participé à un concours d’écriture que j’avais gagné. Il s’agissait de 45 secondes pour mettre les gens en garde contre les maladies cardio-vasculaires. Ces 45 secondes étaient mon premier film officiel, mais c’était 45 secondes seulement. L’homme derrière ce petit concours était un producteur audacieux qui m’avait fait confiance. Il s’agissait de Yves Rousset-Rouard. producteur de nombreux films à succès, dont « Emmanuelle », car l’histoire du canard Gédéon a été tournée grâce à l’argent d’Emmanuelle. Yves Rousset-Rouard était très intéressé par le dessin animé et voulait en produire. Il a proposé que je réalise une série télévisée basée sur l’œuvre de Benjamin Rabier, et il a monté de toutes pièces un studio d’animation à Neuilly-sur-Seine. Tout était réuni pour un tournage idéal. Il s’est mal passé. Les animateurs mal conseillés se sont persuadés qu’ils n’étaient pas bien traités et ont fini par faire venir l’Inspection du Travail. L’Inspecteur du Travail, rêvant d’avoir de telles conditions de travail et un tel salaire, m’a demandé s’ils étaient fous. Le producteur, lui, a juré qu’il n’emploierait plus jamais d’animateurs. Il a tenu parole. C’est bien dommage car j’étais prêt à me tuer au travail et diriger film sur film. Je constate que, d’une certaine manière, Gédéon était la préfiguration de Kirikou. On le voit naître, cela se passe à la campagne avec une belle végétation et Gédéon sauve continuellement ses copains grâce à ses astuces. Il aurait suffi qu’il demande pourquoi le méchant était méchant pour devenir Kirikou. Mais le merveilleux outil à Neuilly a été démantelé, je n'ai pas pu avoir accès à l'équivalent pendant longtemps. Ce n'est que 25 ans après que j'ai réalisé Kirikou.
M.O.
Production
Trinacra Films
Distribution
Cette série n'est plus diffusée.
Fiche technique
Technique : animation traditionnelle
Format de l'image : 1,33
Générique
Réalisation : Michel Ocelot
Scénarios : Michel Ocelot, Hélène Ratye
Producteur exécutif : Yves Rousset-Rouard
Décors : Michel Ocelot, Philippe Wallet, Béatrice Krotoff, Stéphane Poumeyrol
Animation : Christian Davy, Jacques Dimier, Brigitte Herman, Raffaella Lombardi, Franco Millia, Colette Poivre
Traçage : Marine Vincent
Montage : Mariette Levy-Novion
Musique : Joss Baselli
Paroles : Frank Gérald
Voix : Monique Messine, Arlette Patrick, Jacques Provins, Gérard Surugues
 Share on Google+  Share on Twitter